Conseil municipal du 29 mars 2021

Intervention de Claude Jorda. 2.1 Débat d’orientation budgétaire

Monsieur le Maire, vous dites faire de l’éducation votre priorité et nous ne saurions vous le reprocher.

En page 2 de la liste des décisions qui vous sont attribuées vous faites référence à une demande de subvention pour les travaux de réhabilitation de 2 groupes scolaires (écoles du centre et écoles de Biver). Si vous le permettez une question sur ce sujet et des remarques sur un échange de lettres que nous avons eu sur la rénovation des écoles et l’implantation d’une école modulaire.

Ma question : la demande de subvention que vous allez faire a certainement un lien avec le Plan école que vous évoquez dans le rapport d’orientation budgétaire, hors dans ce rapport vous ne parlez que du groupe scolaire du centre et de l’école satellite temporaire. Qu’en est-il pour les autres écoles ?

Mes remarques : l’implantation de l’école satellite que vous envisagez à l’école Brassens favorisera une concentration importante d’élèves. Si nous espérons tous qu’à la rentrée scolaire la crise sanitaire que nous traversons sera derrière nous, votre projet semble ne pas tenir compte de ce qu’elle nous a appris. La première vague d’épidémie a entraîné la fermeture des écoles et a montré la souffrance qu’engendre chez les enfants la perte de sociabilité et la difficulté pour tous, parents, enfants et enseignants, à se résoudre au télétravail, complètement inadapté aux plus jeunes. La rentrée de septembre 2020 n’a été envisagée par l’Education nationale que sous l’angle d’un « retour à la normale ». Aucun changement d’organisation n’a été opéré, aucune nouvelle embauche n’a eu lieu. Bien au contraire, dans les établissements scolaires comme dans les hôpitaux, des postes ont été supprimés. C’est encore le cas aujourd’hui malgré la troisième vague d’épidémie avec la baisse des dotations horaires dans les collèges et la fermeture programmée d’une classe à l’école Lucie Aubrac de Fontvenelle, fermeture qu’il faut dénoncer ouvertement et sans attendre, monsieur le maire, comme le disent les banderoles encore accrochées devant cette école.
En ce qui concerne donc l’implantation de l’école modulaire sur lequel nous avons échangé dans nos courriers, vous nous invitez à attendre patiemment que votre projet aboutisse. Vous dites qu’à Brassens, vous associerez l’ensemble des populations concernées aux modalités de mise en œuvre du projet. Si celui-ci est décidé que leur restera-t-il à choisir : la couleur des Algécos ?
D’autre part, nous ne pouvons attendre que le choix soit définitif pour obtenir des réponses à nos questions concernant la suroccupation de la cour, la problématique des transports ainsi que celle de la circulation aux entrées et sorties de l’école. Ce sont bien les réponses que vous apporterez à ces questions qui nous permettront de savoir si ce projet est pertinent ou non. Enfin, vous dites que vous avez mené des concertations, où, comment, avec qui ? Nous pouvons vous affirmer que beaucoup de parents d’élèves ignoraient ce projet. Des enseignants aussi ont eu le sentiment d’être mis devant le fait accompli. Pour ce qui nous concerne, en tant qu’élu.es d’opposition, nous regrettons, une nouvelle fois, profondément que la commission éducation n’ait pas été réunie à ce sujet. D’autres solutions alternatives existent certainement et à notre avis vous semblez privilégier celle qui pénalisera le plus élèves, parents et enseignants.
La concertation et la participation citoyenne ne peuvent se résumer à la présentation d’un projet quand celui-ci est ficelé.